Jarbinet Philippe

Rencontre avec Philippe Jarbinet
24 septembre 2016

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

© Jean-Benoît ScheenNé en 1965 en Belgique, Philippe Jarbinet publie son premier album en 1992 aux éditions Blanco. Il s’agit de Sandy Eastern sur un scénario de Franz.
Trois ans plus tard, il renoue avec la bande dessinée en écrivant et dessinant le premier volume de Mémoire de Cendres aux éditions Glénat. Dix tomes paraissent de 1995 à 2007. Après avoir collaboré au polar collectif Une Folie très ordinaire imaginé par Christian Godard, il écrit et dessine à partir de 2003 les trois épisodes de Sam Bracken, toujours aux éditions Glénat.
A son arrivée en 2009 chez Casterman, il change de registre et de technique. Les livres Airborne dont il assure le dessin et le scénario sont élaborés en couleur directe.
Fonctionnant sous forme de diptyques, il s’agit de récits de guerre basés sur des drames humains. Le succès est immédiat et il permet à Jarbinet de s’inscrire parmi les grands auteurs réalistes.

Rigoureux, tant dans l’écriture que dans le dessin dont il assure la mise en couleur, Philippe Jarbinet perpétue avec talent la bande dessinée réaliste classique, tout en y apportant sa note de modernité.
Parallèlement à son travail d’auteur, Philippe Jarbinet enseigne le dessin et la bande dessinée à l’Académie René Defossez de Spa. (source Casterman)

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Ringelheim Foulek

Rencontre avec Foulek Ringelheim
23 avril 2015

Rencontre collective d’auteurs des Editions Espace Nord. Accompagné de Patrick DelperdangeStéphane Lambert et Xavier Hanotte

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

foulek-ringelheimOriginaire d’Ougrée en Belgique, où il est né en 1938, Foulek Ringelheim vit aujourd’hui à Bruxelles.

Après des études de droit à Liège, il obtient une licence en criminologie et exerce le métier d’avocat jusqu’en 1977, avant d’exercer en tant que magistrat. Auparavant président du tribunal du commerce de Nivelles, il est également membre du Conseil supérieur de la Justice, et l’auteur de nombreux articles traitant du droit et de la justice.
Il publie son premier roman en 2001 Le juge Goth, et le second en 2006 La seconde vie d’Abram Potz.

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Poliart Hugo

Rencontre avec Hugo Poliart
22 février 2016

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

hugo_poliart

Hugo Poliart est né le 30 mai 1974 à Braine-le-Comte et vit à Bruxelles.

Après avoir travaillé plus de dix ans dans la communication digitale pour différentes entreprises et services publics, il décide de tout quitter pour partir en Colombie et écrire son premier roman, “Superflus”, sorti en novembre 2015.

La page facebook de l’auteur : https://www.facebook.com/HugoPoliart/

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

Publier un premier roman est toujours une aventure hors du commun. Mais pour Hugo Poliart, l’aventure a pris une forme particulière, car comme son héros, il a tout abandonné pour la vivre à fond.

Premier roman donc qui a failli obtenir le Prix Première et a reçu une mention spéciale du Jury.

Alors, entrons immédiatement dans cette belle expédition et faisons connaissance non seulement avec l’auteur, mais aussi avec l’homme.

Tu es né en 1974, aurais-tu voulu naitre à une autre époque ?

J’aurais peut-être préféré naître à une époque où il y a moins d’écrivains. Cela aurait été peut-être plus facile d’en vivre 🙂

Dans quel type de famille as-tu grandi ?

Une famille plutôt bienveillante et avec des valeurs comme l’honnêteté ou la justice. Il y avait aussi beaucoup de livres à la maison, à tous les étages, même si je ne les lisais pas forcément…

Comment était le petit Hugo à l’école ?

Au tout début, premier de classe, ensuite dernier de classe, très dissipé voire insupportable et finalement renvoyé de plusieurs établissements. Mais à la fin, j’ai repris le dessus heureusement…

Qu’est-ce qui passionne Hugo Poliart à l’époque et maintenant?

L’écriture, les mots à l’époque et maintenant. Et le théâtre qui m’a accompagné toute mon adolescence, histoire de faire oublier mes mauvais résultats scolaires…

Que voulais-tu devenir quand tu étais tout jeune?

Je voulais devenir exactement ce que je suis en train de devenir!

Question bateau certes, mais comment en es-tu venu à l’écriture, et pourquoi écrire ?

C’est à l’académie de Braine-le-Comte que j’ai découvert les textes, les pièces de théâtre et je m’étais inscrit en diction car j’avais vu qu’on y écrivait aussi parfois des poèmes… J’ai même gagné un concours de poésie en 1988 avec un texte sur la paresse. Tout était dit !

Quels sont les premiers écrivains que tu as lus ?

Mon premier souvenir, c’est La gloire de mon père de Pagnol…

Dans un monde parfait, ce serait quoi être écrivain ?

Je ne sais pas si j’ai envie d’être seulement écrivain. Je crois d’ailleurs que c’est pratiquement impossible d’en vivre aujourd’hui. Je suis un peu touche-à-tout et je me vois plutôt devenir artiste des mots ou quelque chose comme ça.

Besoin d’un rituel pour écrire, un endroit, une musique ?

Surtout pas de musique, du silence et une parfaite solitude. Pour le premier, j’ai réuni ces trois conditions en Colombie…

Par quoi es-tu inspiré ?

Par les conversations des gens, dans les bars, les restaurants, les trams, par la vie quotidienne, par l’actualité aussi, beaucoup.

Es-tu quelqu’un qui travaille beaucoup tes livres, qui y penses longtemps à l’avance ?

Oui, la première fois que j’ai eu l’idée de base de Superflus, c’était il y a trois ans, mais ce n’est que récemment que j’ai décidé de prendre le temps de l’écrire. Je travaille aussi par couches successives. Mais j’apprends, je n’ai pas encore de technique définie et je pourrais même expérimenter d’autres méthodes pour les suivants.

Une anecdote à nous raconter concernant tes livres, tes personnages ?

Oui, une anecdote un peu triste. La première fois que j’ai pensé à Superflus, j’avais l’idée d’un personnage qui ne pouvait plus avoir ses parents… Et dans les deux années qui ont suivi, malheureusement mes parents sont décédés. Beaucoup de choses écrites dans Superflus ont fini par se produire. La prochaine fois, j’écrirai plutôt l’histoire d’un gars qui gagne le pactole à l’Euro-millions…

Comment pourrait-on te qualifier en tant qu’écrivain?

J’espère « atypique » car je n’aime pas les étiquettes figées.

C’est quoi pour toi la liberté ?

La liberté, c’est mon plus grand secret. Donc je vais le garder pour moi…

Tu écris sans arrêt… ?

Tous les jours oui, mais pas forcément du roman. J’écris aussi des chroniques, des pensées, des petites phrases…

Tu as travaillé dans le monde de la communication, qu’est-ce que cela t’a appris ?

Cela m’a appris qu’on ne peut plus rien faire aujourd’hui sans penser à cet aspect. Et ça m’a sans doute aussi aidé à faire un premier roman qui fait un peu parler de lui…

En 2008, tu crées le site 13lignes.be pour résumer l’actualité. Que peux-tu nous en dire ?

Je voulais retrouver l’écriture. C’était la grande époque des blogs personnels. Les 13 lignes, c’était un défi, une contrainte. La contrainte est une bonne technique de créativité.


superflusSuperflus
Lien externe du livre

Victor Daller veut disparaître de sa vie, à l’aide d’une organisation qui lui propose une existence moins misérable. Ce n’est pas si compliqué. Les relations humaines sont devenues éphémères. Mais pour s’assurer que personne ne cherchera à le retrouver, il doit s’isoler pendant plusieurs mois dans un pays lointain. Après avoir vendu tout ce qu’il possédait, Victor commet l’erreur d’acheter un billet pour la Colombie. On l’avait prévenu : le seul risque, c’est de vouloir y rester.

Il est clair que ce n’est pas un roman traditionnel. De l’amour, un peu de polar, des instantanés sous forme de carnet.

Quand as-tu commencé à penser à écrire ce livre ?

J’ai eu la première idée générale il y a trois ans. Et le titre Superflus m’a été suggéré par une fille en Australie sur une terrasse de café…

Pour écrire ce livre, tu as tout quitté et tu es parti en Colombie. Quelle idée folle…

Je voulais me mettre, autant que faire se peut, dans les mêmes conditions que le personnage principal. Je ne savais pas que j’allais rester en Colombie pendant toute l’écriture ni que l’histoire allait prendre vie là-bas.

En partant là-bas, tu es tombé amoureux de la Colombie, que peux-tu nous en dire ?

La Colombie, c’est le pays où la différence entre ce qu’on en dit et la réalité est la plus grande. C’est la destination rêvée pour les curieux. Mais c’est surtout des Colombiens dont on peut facilement tomber amoureux…

C’est un livre divertissant, certes, mais c’est aussi une réflexion sur notre société.

Oui, fatalement, ce sont dans mes habitudes de blogueur de réfléchir à la façon dont nous vivons. Et l’expérience de cet homme qui veut changer de vie est un bon prétexte pour faire réfléchir à tout cela.

Vous êtes vous senti « superflu » et quand ?

Je me sens superflu à chaque instant. Tout en sachant qu’on peut devenir indispensable la minute d’après. En fait, c’est une question de responsabilité.

Raconte-nous le message caché contenu dans ton livre.

Je voulais qu’il y ait un aspect ludique et un mystère contenu dans le livre qui serait dévoilé après sa publication. Je ne savais pas au moment où j’ai eu cette idée que ce message deviendrait une demande en mariage dans ma propre vie…

Ta marque de fabrique pour communiquer sur les réseaux et sur ton blog est un carnet. Comment cela a-t-il commencé ?

Quand j’ai décidé de devenir écrivain, je me suis remis à écrire à la main. Un jour, j’ai pris une photo de mon carnet et je l’ai publiée sur Facebook. Je me suis alors aperçu que les mots écrits à la main dans un carnet avaient plus de force, que les gens les lisaient avec plus d’attention. Alors je me suis dit que cela pouvait devenir ma nouvelle contrainte de créativité…

Alors, un nouveau roman en préparation ?

Il est presque terminé. Il raconte de façon burlesque l’histoire d’une tueuse en série dont le métier est d’assassiner des jeunes écrivains. Le roman s’appellera Lulo. C’est le nom d’un fruit colombien…


 

 

Livres

1) Comment voyager avec un saumon (Umberto Eco)
cvt_Comment-voyager-avec-un-saumon
2) Mon propre rôle (Serge Gainsbourg, intégrale des textes de chanson)monproprerole
3) Un anglais sous les tropiques (Boyd)
cvt_Un-Anglais-sous-les-tropiques_1172
4) La possibilité d’une île (Houellebecq)
cvt_La-Possibilite-dune-ile_4083
5) Luilebol (dictionnaire d’insultes en néerlandais)
luilebol

 

Films

1) Le nom de la rose
2) The Ghostwriter
3) Taxi driver
4) Joyeuses Pâques (comédie idiote),
5) Carlito’s way
5 bis) Underground (Kusturika)

 

Musique

1) Chopin Ballade en sol mineur
2) Back to black (Winehouse)
3) Cécile ma fille (Nougaro)
4) Instant crush (Daft Punk)
5) Salsa y choke (Chocquibtown)

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

Présentation :

Superflus :

Extrait de lecture :

Partage et fin :

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Gheur Bernard

Rencontre avec Bernard Gheur
25 avril 2014

À l’occasion d’un collectif d’auteurs des Editions Weyrich. Accompagné de Frédéric Saenen, Christian Libens et André-Joseph Dubois

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

gheurbernardNé le 18 février 1945 à Liège. Journaliste et romancier, il se passionne très tôt pour le cinéma. Au collège, il réalise avec ses amis des films de format réduit. Études de droit à l’Université de Liège, de journalisme à l’U.L.B., François Truffaut l’encourage à écrire des romans et le cinéaste sera le premier lecteur de ses premiers manuscrits. Il travaille, depuis 1972, dans la presse quotidienne.

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Saenen Frédéric

Rencontre avec Frédéric Saenen
25 avril 2014

À l’occasion d’un collectif d’auteurs des Editions Weyrich. Accompagné de Christian Libens, André-Joseph Dubois et Bernard Gheur

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

frederic-saenenFrédéric Saenen vit à Liège. Il a étudié la philologie romane à l’ULg, avant d’y travailler comme chargé d’enseignement en français. Son œuvre a d’abord été poétique, de Seul tenant (1998) à Qui je fuis (2003), ses deux principaux recueils. « Je suis de forme et pas de fond » annonce-t-il dans l’un de ses premiers textes. En effet, l’auteur affectionne tout ce qui rend sensible la matière sonore du langage et son écriture ne cesse d’être traversée par la performance orale.

Plus récemment, Frédéric Saenen s’est consacré à l’écriture de textes brefs en prose (Quatre femmes, 2010). Il vient de publier un Dictionnaire du pamphlet (éd. Infolio) très remarqué.

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Libens Christian

Rencontre avec Christian Libens
25 avril 2014

À l’occasion d’un collectif d’auteurs des Editions Weyrich. Accompagné de André-Joseph Dubois, Bernard Gheur et Frédéric Saenen

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

christian-liebensNé à Verviers en septembre 1954, auteur d’une vingtaine de livres, Christian Libens a été successivement professeur de français, rédacteur de la série « Christophe » pour Spirou, secrétaire littéraire d’Alexis Curvers, chargé de cours (littérature belge, communication, médias) au Centre liégeois de Formation permanente), journaliste littéraire pour Paris Match, conférencier, et commissaire scientifique de l’exposition internationale produite par le CGRI “De Liège au monde, Univers Simenon (2003)”. Il a également été le rédacteur de la série « Maigret » pour Hachette(2005-2006).

Il est chargé de mission au Service de la Promotion des Lettres du Ministère de la Communauté française depuis 1998.

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Dubois André-Joseph

Rencontre avec André-Joseph Dubois
25 avril 2014

À l’occasion d’un collectif d’auteurs des Editions Weyrich. Accompagné de Bernard Gheur, Frédéric Saenen et Christian Libens

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

DuboisAndré-Joseph Dubois est un écrivain belge né à Liège en 1946.

Il a publié en 1981 un roman intitulé “L’Œil de la mouche”, salué par la presse. En 1983, il publie un second, “Celui qui aimait le monde”. Ces deux romans ont marqué une certaine approche de la Wallonie dans les années 1980.

Après 30 ans d’absence, il fait son retour en 2012, en publiant successivement trois livres: “Les Années plastique” (Weyrich, Neufchâteau, 2012), “Le Sexe opposé” (Weyrich, Neufchâteau, 2013) et “Ma Mère, par exemple” (Weyrich, Neufchâteau, 2014).

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Kanar

Rencontre avec Kanar
10 octobre 2014

Sous le thème des “caricatures de presse”, accompagné de Kroll, Samuel, Vince, et Cécile Bertrand

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

kanarBernard Querton, dit Kanar, est né à Nivelles le 10 avril 1967. Autodidacte, il fit ses débuts de cartooniste dans les parutions politiques étudiantes au sein de l’UCL.
Licencié en Communication Sociale de l’UCL. Collaborateur au journal Le SOIR durant les années 1995 à 2003. Dessinateur de presse pour le quotidien économique L’ECHO durant l’année 2005.
Il illustre une série « philo pour les nuls » dans le journal La Libre Belgique en 2008. Il collabore au Vif l’Express en 2008-2009, et a d’autres magazines. Parallèlement, il est chef d’atelier philosophique à l’Ecole Supérieure des Arts Saint Luc à Liège.

Le site de l’auteur : http://www.kanar.be/accueil.html

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Kroll

Rencontre avec Kroll
10 octobre 2014

Sous le thème des “caricatures de presse”, accompagné de Samuel, Vince, Cécile Bertrand, et Kanar

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

pierre-krollPierre Kroll est né à Gwaka en République Démocratique du Congo, le 25 mars 1958. Il passe son enfance successivement à Bruxelles, Luxembourg et Liège. Etudes d’architecte, première année à Saint Luc à Liège, les quatre suivantes à La Cambre à Bruxelles. Diplômé en 1981. Il obtient, par la suite, une licence en Sciences de l’Environnement à l’Université de Liège. Il travaille un an et demi au cabinet de l’échevin de l’urbanisme de la ville de Liège comme conseiller.

Appelé au service militaire, il choisit l’objection de conscience et un service civil de 22 mois dans un théâtre de marionnettes (Al Botroule) où il a laissé une petite collection de décors en trompe l’œil peints au latex sur des draps de lit ! Il fréquente alors assidûment Le Cirque Divers.

C’est vers 1984 qu’il vend ses premiers dessins à des journaux. Tous les journaux et magazines belges l’ont un jour ou l’autre publié.

Parallèlement, Pierre Kroll mène une carrière en télévision bien remplie, surtout à la RTBF, avec, avant tout, L’Ecran Témoin, émission de débat, hebdomadaire, sur tous les sujets de société en ce compris les plus délicats, où il dessine en direct de 1985 à 1992, puis à nouveau en 1996 et 1997. Dans l’intermède, il participa au succès d’une émission d’humour de RTL-TVi, la chaine privée : Y en aura pour tout le monde. Il fut chroniqueur, illustrateur ou même co-présentateur de nombreuses autres émissions.

Il obtint le premier prix du Press Cartoon of Belgium (2006 et 2009) qui récompense le meilleur dessin de presse publié dans l’année. Il avait reçu « le prix de l’humour vache » en 1986 en France avec Solé.

Depuis 1995, il publie chaque année, au moins un album de ses meilleurs dessins, plus les inédits et les refusés, aux éditions Renaissance du Livre qui est traditionnellement en tête des livres les plus vendus, toutes catégories confondues, en Belgique francophone.

Le site de l’auteur : http://www.kroll.be/

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

 

 

 

Samuel

Rencontre avec Samuel
10 octobre 2014

Sous le thème des “caricatures de presse”, accompagné de Vince, Cécile Bertrand, Kanar, et Kroll

___________________________________________

Bio
Entretien
Photo
Vidéo
Audio

___________________________________________

Biographie

samuel-lemaireSamuel Lemaire est dessinateur de presse, notamment pour les journaux du groupe Sud Presse en Belgique depuis 2012. Il est né le 6 juillet 1977 à Ottignies.

Il est caricaturiste à Sud Presse, le Vlan, et UBU PAN.

Samuel est le plus jeune et le dernier dessinateur de presse à avoir rejoint les pages d’un quotidien francophone en Belgique. Il vient de publier aux Editions Weyrich un recueil de ses meilleurs dessins.

Le site de l’auteur : http://www.samuelcaricature.be/index.php

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Entretien

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Galerie Photo

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Vidéos

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________

Audios

 

Retour en haut

___________________________________________
___________________________________________